La nouvelle année approche à grands pas.
Le secteur du e-Learning est en constante évolution, et 2015 n’a pas dérogé à la règle : de nouvelles pratiques, des évolutions sur les formats … Toutes ces tendances vont à coup sûr se révéler durant l’année 2016. 

1 – La gamification et le storytelling au coeur d’un projet e-Learning : 


Qui n’a jamais entendu le conseil : « Il faut rendre la formation en ligne intéractive » 
Et pourtant, beaucoup pensent encore qu’une formation ne laisse pas place à l’intéractivité. 
La gamification (ou ludification en français) c’est le procédé qui permet de rendre ludique quelque chose qui n’a pas vocation à être ludique dans le but de susciter l’intérêt de l’audience.

Alors que la gamification est un procédé en perte de vitesse lors d’actions marketing selon le Gartner Hype Cycle for Digital Marketing, elle reste l’une des tendances en e-Learning
Contrairement aux idées reçues, la gamification est tout à fait possible, voir conseillée en e-Learning professionnel. Elle permet aux apprenants de mieux retenir les compétences clés développées dans le module.

Attention toutefois : la gamification ne veut pas dire que le module est un jeu. La gamification repose sur des récompenses obtenues après avoir acquis des compétences, répondu à un questionnaire, collaboré avec d’autres apprenants etc.  

Autre concept à intégrer dans un module e-learning : le storytelling permet quant à lui de raconter une histoire tout au long du module d’apprentissage. L’apprenant pour s’identifier à un personnage, ou tout simplement suivre un fil conducteur.

La gamification et le storytelling permettront d’amoindrir le risque de décrochage avant la fin du module, qui est l’une des grandes problématiques dans le e-Learning et plus précisément dans les MOOCs. En effet, selon Matthieu Cisel, le taux de décrochage pourrait être élevé dû à un manque d’intéractivité durant le cours.

2 – Des modules plus accessibles 

Toujours dans le but d’optimiser la complétion des modules, il est intéressant de se poser la question sur l’accessibilité du cours en ligne. 

L’apprentissage ne se fait plus seulement pendant les heures de travail mais également durant son temps libre. 55% des Français, soit plus d’un Français sur deux, est doté d’un smartphone (ce chiffre devrait atteindre 75% des foyers d’ici 2018), il est important de proposer des formats qui s’adaptent à cet écran. Cela passe par une interface totalement responsive, c’est à dire qui s’adapte à la taille de l’écran utilisé pour la consultation. Si vous utilisez des vidéos, il est conseillé de les diffuser via un player HTML5 et d’éviter les players utilisant la technologie Flash qui deviennent désuets.  

De plus, les changements sociologiques des dernières années doivent être pris en compte dans la réalisation de modules e-Learning : la mobilité, l’instantanéité et la « mobiquité » (terme employé dès 2008 par Francis Pisani) ont changé les habitudes des Français : en moyenne, la capacité d’écoute des cadres est de 52 minutes. C’est pourquoi, la réduction du temps nécessaire pour compléter une leçon ou un module est au centre des discussions. Une leçon d’une demi heure pourra être suivie plus facilement et sera mieux assimilée qu’une leçon d’une heure. Elle pourra être suivie au moment le plus opportun : au bureau, dans les transports en communs, ou chez soi.

Enfin, pour augmenter l’accessibilité de vos cours à une plus grande audience, vous pouvez les sous-titrer dans plusieurs langues
Pour cela, vous pouvez utiliser un outil de transcription comme Authôt qui vous fera gagner du temps dans cette tâche fastidieuse.

3 – Des MOOCs aux COOCs et SPOCs

Enfin, toujours dans le but de limiter les abandons lors de MOOCs (Massive Open Online Courses), les COOCs (Corporate Open Online Courses) et SPOCs (Small Private Online Courses) vont sans aucun doute se développer et prendre plus de place dans le marché du e-Learning en 2016.

Les trois formations en ligne suivent le même objectif. Pour autant, elles fonctionnent différemment :

  • Le MOOC est créé par un établissement universitaire ou une grande école et est à destination de toutes les personnes intéressées. Le nombre d’inscrits au cours peut atteindre des milliers de personnes. Cependant, le taux d’abandon avant la fin du module est important. 
  • Le COOC est créé par une entreprise et propose des formations en ligne à destination des employés, fournisseurs, candidats. Ce sont des formations internes. 
  • Le SPOC est ce que l’on pourrait appeler un modèle hybride entre MOOC et e-Learning : c’est un module de formation à destination d’un public restreint (environ une trentaine de participants).  Il reprend les codes du MOOC avec une collaboration avec les autres apprenants développée, une intéractivité plus important qu’un module e-Learning classique.