Grâce à des outils et du matériel de plus en plus simple à utiliser, et face à l’omniprésence du contenu vidéo sur le net ( près de 50% des Français regardent des vidéos tous les jours) de nombreuses entreprises veulent, elles-aussi, réaliser des vidéos. Mais avant de débloquer un budget pour ces réalisations, beaucoup essaient de les réaliser en interne. Quelles sont les erreurs à éviter ?

1 – Ne pas préparer en amont

La première erreur, et certainement la plus importante, est de ne pas préparer votre vidéo. Une vidéo non préparée sera non seulement inefficace, mais vous prendra plus de temps à réaliser. Il est donc indispensable de tout préparer avant le tournage.
La préparation se construit en plusieurs étapes :

  1. Définir la cible de la vidéo : savoir à qui s’adresse votre vidéo est essentiel pour bien définir l’objectif que vous souhaitez atteindre.  
  2. Choisir un objectif clair de votre vidéo comme augmenter la visibilité de votre marque, éduquer votre audience… 
  3. Dessiner un storyboard et rédiger un script : étapes importantes, elles vous permettront de gagner du temps sur le tournage et de préparer tout le matériel nécessaire. 

2 – Ne pas utiliser le bon matériel

La rédaction du storyboard vous permettra de faire un état des lieux du matériel nécessaire pour le tournage de votre vidéo. 
Faire des vidéos professionnelles ne s’apprend pas du jour au lendemain. Néanmoins, il existe quelques techniques pour obtenir un résultat propre, tout en étant « novice ». 

  1. Un trépied : on pense toujours à la caméra comme premier achat, mais je vous conseille d’investir également dans un trépied. Celui-ci permet une stabilité de l’image, indispensable pour une vidéo professionnelle.
  2. Un microphone : une bonne qualité audio est tout aussi importante. Pour cela, munissez-vous d’un microphone externe, avec fil ou sans fil, que vous pouvez brancher directement sur votre caméra. Vous avez également la possibilité d’enregistrez à part l’audio et la vidéo, et de synchroniser les deux lors de la post production.
  3. Un prompteur : le prompteur n’est pas indispensable, mais c’est une technique que j’ai personnellement testé et qui a fait ses preuves chez Libcast. Pour les personnes qui ne sont pas à l’aise à l’écran, il permet de rassurer.
    Il existe des applications gratuites sur Google Play (Simple Teleprompter) ou l’Apple Store (Visoprompt). 

En savoir plus : Conseils pour réaliser des vidéos professionnelles en interne

3 – Ne pas soigner son décor

Lors du tournage, il est important de choisir avec soin l’environnement dans lequel vous allez filmer. Soigner l’arrière plan permet de dynamiser la vidéo, mais il ne doit pas détourner l’attention des personnes qui la regarde. 
Fond uni, ou endroit où il y a du passage, à vous de choisir ce qui est le plus adéquat. En revanche, si vous filmez dans un endroit passant, je vous conseille d’utiliser une faible profondeur de champ sur votre caméra, qui rendra votre arrière-plan flou. Pour éviter toute distraction de votre audience, et ainsi vous assurer que le message passe au mieux, il est important d’éviter les passages intempestifs dans le champ de la caméra.

Conseil : si vous filmez dans un open space, demandez à vos collaborateurs de ne pas passer intempestivement derrière vous afin d’optimiser le temps de tournage.

4 – Ne pas monter les vidéos

Sans partir dans du montage compliqué, il est important de soigner la partie post-production.
Pour que votre vidéo ait un rendu professionnel, il est recommandé de couper le début et la fin de la vidéo, y ajouter votre logo, une musique de fond, et intercaler les différentes images si vous avez filmé avec deux caméras et que vous voulez dynamiser la vidéo en jonglant entre les deux angles

Conseil : de nombreux tutoriaux « pas à pas » sont disponibles sur Internet pour vous apprendre les bases du montage vidéo : découpage, superposition, titre … Profitez-en pour vous auto-former !

5 – Ne pas se faire aider 

Si vous ne vous sentez pas capables de le faire vous-même, il est préférable de collaborer avec des professionnels.
Chez Libcast, nous avons par exemple fait appel à une agence pour une vidéo réalisée en motion design, alors que nous produisons seuls nos vidéos de formations, ou nos webinars. 
Pourquoi ? Parce qu’aucun de nous n’était en capacité de faire du motion design efficacement. Nous aurions pu nous former seuls grâce à des tutoriaux, mais le coût réel (temps passé à apprendre et à réaliser) aurait été plus important que de faire appel à une agence de production.

C’est pourquoi, évaluez-bien vos capacités et le coût que cela représente de faire des vidéos en interne comparé à des professionnels.

En savoir plus : Webinar en replay « Conseils d’experts pour réussir ses vidéos »

6 – Ne pas choisir la plateforme vidéo adéquate

Enfin, lorsque vous avez réalisé votre vidéo, il est important de bien la diffuser. Que choisir entre une plateforme vidéo professionnelle ou une plateforme vidéo grand public? Votre choix dépend de votre objectif et de votre audience :

  • La plateforme vidéo grand public, et gratuite, est pertinente si vous souhaitez améliorer votre reconnaissance de marque et toucher une large audience. 
  • La plateforme vidéo professionnelle est plus adéquate dans le cadre d’une formation, d’une communication interne ou d’une diffusion à une audience restreinte.